Syndicat mixte de gestion des dechets
du faucigny genevois - pays bellegardien
pays de gex - haut bugey
Vous êtes ici : Accueil > Valorisation énergétique > Les étapes de l'incinération
Accessibilité |
   
Quai de transfert
Les étapes de l’incinération
Transfert et déchargement


Les ordures ménagères sont acheminées par camion, quand la ville qui les produit est proche, ou par train quand elle est éloignée.

Le SIDEFAGE gère quatre quais de transfert :

Deux en Haute-Savoie : un quai à Saint-Pierre en Faucigny et un autre à Etrembières. Les déchets sont compactés dans des bennes fermées, ils sont ensuite mis sur le train à Etrembières.

Deux dans l’Ain, un quai à Groissiat et un quai à Crozet pour les déchets du pays de Gex. Les déchets y sont transportés par camion, car la ligne de chemin de fer anciennement utilisé à été fermé.

 

A Bellegarde: un quai de déchargement qui permet de vider les caissons du trains issus du quai d'Etrembiètres dans la fosse de l'UVE.

 

Le trafic se fait donc à 50 % par le train réduisant ainsi la pollution et des nuisances pour la commune de Bellegarde (et le hameau d'Arlod).


Le service technique sur les quais de transfert :

 

Quai de GroissiatQuai de Crozet

Quai de déchargement
à Bellegarde

Quai d'EtrembièresQuai de St-Pierrre
en Faucigny
Responsable A. RUSSO Responsable : C. MICAUD

 F. DENIAUD

L. ROPOSTE

D. BOUMEDIENE

P. JACQUEMET

JL. LLANDERAL

D. GALINDO

A. DEVRON

M. NATALE

B. BOSSUS

P.DORLEANS

D.HALLADJ

P. RODRIGUEZ

 

 

F. GUEGUEN

F. ROUGIER

Ph.GENOUD

 

 

Broyage


Les encombrants non recyclables mais incinérables (canapés, mobilier, matelas…) déposés en déchèterie sont broyés avant d’être incinérés.

L’installation de broyage du SIDEFAGE est constituée d'un broyeur muni de cisailles rotatives entraînées par un groupe hydraulique. Le débit de l’installation est de 21 tonnes de déchets par heure. Les déchets à broyer sont versés dans la trémie d’alimentation de 80 m3, équipée d’un poussoir hydraulique horizontal qui presse les déchets vers les cisailles. Ces dernières tournent à la vitesse lente (maximum 1 m/s) ce qui minimise le dégagement de poussières et d’échauffement du produit à déchiqueter.

Un convoyeur à bande lisse (long de 43 m) reprend les déchets broyés pour les acheminer dans la fosse. Ce convoyeur est entièrement capoté. Il présente une partie inclinée à 17°. Il est également équipé d’un système d’aspiration des poussières par dépression sur la partie basse (aspirateur qui entraîne les poussières du convoyeur vers la fosse à déchets).

 

 

Incinération

 

Une fois les bennes vidées dans la fosse, le pontier homogénéise les déchets et alimente les fours des deux lignes.

Les déchets sont brûlés à 850°C minimum dans deux fours de 8 T/h chacun ; les mâchefers constituent les restes après incinération (environ 25 % du poids entrant).

Les mâchefers sont déferraillés à l’aide d’un électro-aimant. Un courant de Foucault permet également la récupération des non ferreux, essentiellement l'aluminium.

La ferraille et l'aluminium sont envoyés au recyclage et les mâchefers sont utilisés en sous couche routière ou pour les fondations.

Les REFIOM (Résidus d'Epuration des Fumées d'Incinération des Ordures Ménagères) sont valorisés en comblement d'anciennes mines de sel)

 

Bilan déchets 2017

 

 

Déchets incinérés

(t)

Déchets déroutés

(t)

Mâchefers valorisées

(t)

Ferrailles recyclées

(t)

Non ferreux recyclés

(t)

REFIOM (t)

en CET I

114 005 7297 21 463 3158 293  2764


 



Déchets des collectivités Tonnages 2017
Tonnages valorisés en 2017
Déchets Non Dangereux des Activités Economiques 2017

 

Fabrication de l’électricité

La chaleur dégagée par l’incinération est utilisée pour fabriquer de la vapeur haute pression (385°C et 40 bars), cette vapeur est ensuite injectée dans un turbo alternateur de 10.9 MW.

Une partie de cette énergie fabriquée est utilisée pour le fonctionnement de l’usine (20 %) et le reste est revendu à EDF.
La production annuelle d’électricité vendue peut éclairer 10 000 foyers.

La vapeur sort du turbo-alternateur pour se refroidir dans l’hydrocondenseur.

Pour cette étape 3 000 m3/h d’eau sont pompés dans le Rhône, cette eau plus froide refroidit la vapeur qui se transforme en condensât. L’eau pompée n’a aucun contact ni avec les déchets, ni avec la fumée, elle absorbe juste de la chaleur.

La température de sortie de cette eau est surveillée. En effet, un écart de température > à 10°C ou un débit trop élevé pourrait changer la qualité de l’eau du Rhône et ainsi bouleverser la faune et la flore qui vivent dans ce fleuve.

 
Bilan électrique 2017

Vapeur produite (t)Electricité produite (MW/h)Electricité consommée (MW/h)Electricité achetée (MW/h)Electricité vendue (MW/h)
333 233 54 518 15 151 1727 41 094

 

Traitements des fumées


Et enfin la partie la plus technique, le traitement des fumées. Ces traitements sont de plus en plus nombreux et de plus en plus fins (nanogrammes = 10-9 grammes). Ils représentent la moitié de l'usine en surface, c'est ce qui fait toute la différence entre les anciennes unités et les usines modernes.

Les déchets ont évolué, nous avons plus de plastiques et plus de polluants, il faut les capter pour ne pas les rejeter dans l’atmosphère.

Les poussières sont récupérées dans un filtre à manches.

Les autres polluants (chlore, soufre et métaux lourds) sont ensuite captés dans des laveurs et transformés en poussières dans le réacteur. Un nouveau traitement a été mis en place en 2005 pour capter les dioxines et les stocker en décharge avec les poussières toxiques. Du charbon actif est injecté dans le réacteur, les dioxines sont captées et restent bloquées dans ce charbon qui est ensuite récupéré avec les autres poussières toxiques.

Ces poussières sont appelées REFIOM (Résidus d’Epuration des Fumées d’Incinération d’Ordures Ménagères), elles représentent 2 à 3 % des tonnages entrants.

Les REFIOM sont valorisés dans le comblement de galeries d'anciennes mines de sel. 

Chaque ligne de four a son système de traitement, cette autonomie permet de réparer un four ou de nettoyer le système de traitement sans arrêter toute l’usine.

 

Bilan réactifs 2017

Chaux (t)Soude (t)TMT (kg)Propane (MW)Acide (t)Charbon actif (t)Urée (t)
359 231 1298 1617 0 76 720